1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

el watan - Souk Ahras : Pour des revendications socioprofessionnelles : Potestation des enseignants de l’université de Souk Ahras

PDFImprimerEnvoyer

Hier, l’université Mohamed-Cherif Messaâdia de Souk Ahras a été paralysée par une grève décrétée par la section syndicale sur la base d’une plateforme de revendications socioprofessionnelles reconduites depuis des mois.

Il s’agit, entre autres, de la régularisation des arriérés, du traitement du dossier du logement et de l’implication des représentants de la corporation des enseignants dans les prises de décision majeures dans la gestion de l’institution.
Hier encore, la barre des revendications a été placée plus haut pour demander carrément le départ du recteur et du secrétaire général.

Ce dernier a été fortement critiqué par les grévistes pour certaines positions internes et une série de décisions pénalisantes pour les enseignants. Les protestataires, qui ont annoncé un taux de suivi de 100% de la grève, se disent décidés à ne point lâcher du lest avant la satisfaction de leurs revendications qu’ils préfèrent fusionner sous l’intitulé du départ de deux responsables.

Ce même taux de suivi de la grève a été réfuté par le docteur Bouzebda, le recteur de l’université, qui l’a limité à 150 grévistes sur un nombre global de 610 enseignants. Il dira, en outre : «Notre déception est grande face à cette protestation qui revêt un caractère passionné et est truffée de non-dits et qui intervient au moment même où la communauté estudiantine aspire à couronner ses études par des examens de fin d’année et des soutenances.

Nous sommes aussi déçus par rapport à la présence parmi les protestataires de collègues membres du conseil de l’éthique et de déontologie, qui se permettent de tenir des propos désobligeants et autres attentatoires à l’adresse du staff dirigeant de l’université. Nous sommes encore déçus par la présence d’un syndicat qui refuse de s’aligner sur les lois régissant l’activité syndicale et une autre entité qui s’arroge le droit de collecter l’argent à l’intérieur des blocs pédagogiques.»

Le même responsable a fait savoir à El Watan qu’une plainte a été déposée par l’administration de l’université et qu’une commission dépêchée par le ministère entamera son investigation aujourd’hui.

https://www.elwatan.com/regions/est/actu-est/pour-des-revendications-socioprofessionnelles-potestation-des-enseignants-de-luniversite-de-souk-ahra