1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

el watan - Alger : 10e édition du salon «The GraduateFair» Offres alléchantes, mais prix exorbitants

PDFImprimerEnvoyer

C’est en cette première semaine du mois de juillet que s’est tenue la 10eédition du Salon du lycéen et de l’étudiant algériens «The graduatefair». Cet événement s’est déroulé dans trois lieux différents. La première journée a débuté à Oran, puis au palais de la Culture Moufdi Zakaria d’Alger, et, enfin, à l’hôtel Novotel de Constantine.

Pendant ces journées d’exposition, élèves, parents d’élèves et étudiants ont visité le Salon pour y découvrir les différentes offres et formations des établissements exposants (écoles supérieures, universités publiques ou privées de nationalités algérienne et étrangères) spécialisées dans le domaine de la formation professionnelles et des langues.

Notons également la participation des différents instituts et universités, tels que l’Insag, l’Usthb, l’ENS Koléa, Racus (groupement de 21 universités de l’Etat russe), ainsi que des universités de Tunis et du Canada. Rania et sa camarade Anfal, toutes les deux ont eu leur licence en mathématiques, elles ont rejoint le Salon à la recherche d’une formation ou d’un stage à l’étranger.

Interrogées sur ce qui capte davantage leur attention, Rania répond : «Ce qui m’intéresse essentiellement, c’est de trouver une formation professionnelle dans les domaines des mathématiques, de la finance, ou encore de la recherche opérationnelle». Ahmed, étudiant en 3e année biologie à l’université de Bab Ezzouar, explique qu’en dehors de son domaine d’étude, il s’intéresse aussi à l’aviation et aux voyages.

Pour lui, la meilleure façon de combler sa passion est de saisir l’offre de «Fly Fra», une prestigieuse école des Emirats arabes unis, qui forme des «futurs cabines crew» (personnel naviguant). «J’ai déjà fait une formation de deux mois chez ‘‘Fly Fra’’ et j’ai aussi un diplôme de délégué médical. Aujourd’hui, l’école a fait une journée d’évaluation pour une soixantaine de candidats afin de déposer leurs CV».

Selon Ahmed, pour rejoindre l’école de «Fly Fra», il faut avoir «un bon profil, de l’expérience et des compétences dans le domaine de l’aviation». Il faut dire, par ailleurs, que les visiteurs du Salon étaient très excités par les offres et les formations des exposants. Cependant, les tarifs proposés ne sont nullement attractifs et dépassent de loin les budgets des parents.

Nadia, mère de trois enfants, explique que ces prix sont au-delà de leurs moyens financiers : «Je suis vraiment choquée par les tarifs que proposent ces écoles. Si j’envoie mes trois enfants étudier à l’étranger, tout le revenu annuel de mon mari ne suffirait pas à couvrir les frais les moins chers proposés ici.»

Il convient de noter que parmi les différentes écoles et instituts présents au Salon, une agence de recherche d’emploi s’est fait particulièrement remarquer.

Il s’agit de «Wiinjob Agency». Elle propose une plateforme électronique, lancée récemment, à travers laquelle «la fonction de correspondance entre les candidats et les recruteurs se fait de façon numérique», nous explique son directeur, Benhoussine Amine.

Il précise que son agence intervient pour «faciliter la relation entre les recruteurs et les personnes à la recherche d’un emploi», en ayant recours à des moyens électroniques pour suivre les schémas que les recruteurs utilisent pour définir les compétences désirées chez les candidats.



https://www.elwatan.com/pages-hebdo/etudiant/offres-allechantes-mais-prix-exorbitants-10-07-2019