1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

el watan - Alger : A l’initiative du FCE et du MIT : Le Pr Kamel Youcef Toumi rencontre les étudiants de l’USTHB

PDFImprimerEnvoyer

A l’initiative du Forum des chefs d’entreprises (FCE), l’Université des sciences et des technologies Houari Boumediène (USTHB), de Bab Ezzouar, a accueilli, samedi dernier, une sommité mondiale dans le domaine de la recherche scientifique, en la personne du professeur algérien Kamel Youcef Toumi, chercheur établi aux Etats-Unis et spécialisé dans les systèmes robotiques à la prestigieuse université de MIT (Massachusetts Institute of Technology).

Les étudiants de l’USTHB ont eu droit, à cette occasion, à une présentation magistrale sur le thème des «Forces du changement à l’ère du digital», durant laquelle le professeur Toumi est revenu sur son parcours dans le domaine de la recherche scientifique, depuis qu’il était étudiant à l’USTHB même, ses voyages à travers quelques pays de l’Asie et les enseignements qu’il en a tirés.

Il dit, à ce propos, avoir été impressionné notamment par le Japon et Singapour pour «la discipline de leurs peuples, l’excellence de leurs systèmes éducatifs et l’efficacité de leur gouvernance économique». Selon lui, le monde évolue aujourd’hui dans «un climat de grande concurrence entre les nations, si bien que l’université est devenue partie prenante dans cette compétition, en ce sens que son rôle s’avère déterminant dans la croissance et le développement des pays».

Expliquant aux étudiants les principaux indicateurs de la compétitivité, dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, le Pr Toumi a indiqué que l’innovation et la «Recherche et développement» (R&D) sont de toute évidence la clé de réussite de la compétitivité des entreprises et un impératif pour pouvoir assurer efficacement son maintien sur le marché et faire face à la concurrence.

Le rendement, basé sur «le talent et le savoir» et la rapidité d’exécution des tâches sont, aujourd’hui, des facteurs de réussite primordiaux, ayant propulsé certaines entreprises au premier rang mondial, à l’image, cite-t-il, du «géant américain du e-commerce Amazon, une librairie en ligne qui a connu un développement mondial fulgurant, grâce à la robotique et l’Intelligence artificielle (IA)». Il citera encore l’exemple du constructeur aéronautique et aérospatial américain Boeing, qui arrive actuellement à «fabriquer deux aéronefs par jour», ou encore le constructeur automobile chinois, FawFactory, «qui fabrique un moteur toutes les 100 secondes».

Cependant, ces «prouesses» réalisées par des géants de l’industrie n’auraient jamais pu voir le jour, soutient le professeur, «en l’absence d’un investissement financier conséquent». Selon lui, le coût des investissements mondiaux dans le domaine de la digitalisation a atteint, en 2018, pas moins de 100 milliards de dollars.

Aux Etats-Unis par exemple, MIT a injecté, l’année dernière, 2 milliards de dollars pour financer un nouveau programme de R&D dans le domaine du numérisation et de l’IA, alors que le groupe multinational IBM a consacré 5 milliards de dollars pour lancer de nouvelles recherches dans le même domaine, au moment où Amazon a carrément déboursé 23 milliards pour des programmes d’innovation dans la robotique.

C’est dire que le monde vit aujourd’hui «à l’ère des nouvelles technologies et de la transformation digitale où la R&D et l’innovation sont devenues les outils indispensables à la croissance et le développement», a souligné le professeur Toumi.

Et d’expliquer que pour saisir les opportunités qui se présentent dans ce domaine, il faut créer tout un écosystème favorable à «l’épanouissement scientifique des chercheurs», car un environnement malsain «ne peut avoir qu’un impact négatif sur le rendement intellectuel des personnes».

Le professeur de la prestigieuse université américaine n’a pas manqué de faire partager, avec la communauté universitaire, les enseignements qu’il a pu tirer de sa longue expérience scientifique, en appelant les étudiants à se faire d’abord «une vision claire de ce que l’on souhaite faire de nos études», à «garder toujours l’espoir et ne jamais se laisser vaincre par un échec, tout en développant quotidiennement les aptitudes et les talents personnelles».


https://www.elwatan.com/pages-hebdo/etudiant/a-linitiative-du-fce-et-du-mit-le-pr-kamel-youcef-toumi-rencontre-les-etudiants-de-lusthb-27-11-2019